​À propos

« Donner de la voix aux savoir-faire »

 

 

De l'or dans les mains a pour mission de mettre en lumière, promouvoir et soutenir le savoir-faire de nos campagnes. 

La France fait figure de précurseuse en matière de savoir-faire. Partout sur le territoire, des hameaux vendéens aux villages ardéchois les plus reculés, de la Meuse aux coteaux tourangeaux en passant par les littoraux, des femmes et des hommes font vivre des gestes transmis de génération en génération, au sein d’entreprises, d'ateliers, de fermes,  plus ou moins jeunes, et plus ou moins reconnues, où s’allient le geste et la matière.

 

Que peuvent bien avoir en commun un producteur de fromages de chèvres de Touraine et un forgeron installé dans le Languedoc ? Quel rapport entre une manufacture de soie et une doreuse à la feuille ? Qu’est-ce qui unit une botaniste et un pêcheur ? Leur savoir-faire ! Bien sûr, il existe des statistiques sur les savoir-faire français. Des labels même. On peut approcher ces réalités là avec des classifications, avec des critères qualitatifs ou quantitatifs. On a beau faire, il est difficile de le détourer d’un trait. Il faut peut-être en accepter les éclats, parce que, de façon indéniable, il existe bien plus de similitudes que de différences entre ces femmes et ces hommes qui ont choisi un métier pour faire vibrer la matière et lui donner vie. 

Avec De l’or dans les mains, nous avons choisi d’interroger les pourtours de ceux qui font. D’aller à leur rencontre, pour qu’ils nous aident à décortiquer le savoir-faire. Somme de détails et de richesse. De l’or dans les mains est un vagabondage au pays des gestes et des savoir-faire. Chaque semaine, on pousse la porte de l’atelier d’un artisan ou de la ferme d’un paysan, et on y pose notre micro pour qu’il nous raconte son savoir-faire ! 

Le savoir-faire, sans aucun doute, c’est d’abord une histoire de gestes. Des gestes transmis de génération en génération. Celui de l’artisan sellier qui coût son cuir au point sellier, du forgeron qui fait fondre son fer sur sa forge, du tisseur sur son métier Jacquard , du maréchal-ferrant qui forge son fer rouge-cerise, du tailleur de pierre, de la doreuse sur bois, de la tapissière. Mais aussi celui du vinaigrier, de l’artisan-fromager, de l’artisan-boulanger, du viticulteur, du vannier, du pêcheur, de la botaniste, du torréfacteur, de la fleuriste ou de l’apiculteur. Des manufactures également, qui permettant à ces artisans de faire corps et de pérenniser leurs gestes au fil des générations. Le savoir-faire, c’est cette capacité à transformer le brut en or, tel que l’abeille ouvrière qui à force de labeur et de technique transforme son pollen récolté en miel.  C’est donner une seconde vie à la matière. 

Mais le savoir-faire qui dure, c'est aussi une histoire d'innovation. Depuis trop longtemps, nos savoir-faire souffrent d’être réduits à l'image d'Épinal. Celle du petit artisan qui, dans son atelier, perpétue des gestes transmis de génération en génération. Une vision contemplative qui les fige, et ne leur donne pas les moyens de révéler pleinement leur potentiel. Le potentiel de s’ancrer pleinement dans leur temps.

 

Au-delà des croquis bucoliques la France regorge de savoir-faire qui innovent. En matière sociale. En matière éco-responsable. En matière numérique. Partout, des femmes et des hommes ont pris leurs responsabilités à bras le corps et cherchent des solutions qui insufflent à nouveau souffle à leur artisanat et à leurs industries. Mais il demeure indispensable de leur permettre d’aller plus loin pour maximiser leur impact en actionnant des leviers de transformation plus adéquats. 

Avec De l'or dans les mains, on vous embarque en immersion, pour donner de la voix à ces savoir-faire ! Prêts ?

Gabrielle Légeret a grandi à Reugny, un petit village entre Vouvray et Amboise avant de partir faire ses études à Paris. Elle est aujourd’hui diplômée de Sciences Po. Après une expérience professionnelle à New-York puis dans une agence de conseil, elle rejoint les équipes de Chemins d’avenirs, la première structure 100% dédiée aux jeunes qui grandissent dans les zones rurales et les petites villes, qu'elle a contribué à fonder aux côtés de Salomé Berlioux en 2016.  

Avec « De l’or dans les mains », elle souhaite soutenir et mettre en lumière les savoir-faire de ceux qui font la vie de nos campagnes et de nos villages.