Le mot de la fondatrice

J’ai grandi à la campagne, dans un petit village en Indre-et-Loire jusqu’à mes 18 ans, avant de venir faire mes études à Paris, notamment à Sciences Po. Là où j’ai passé mon enfance et mon adolescence, les artisans et producteurs font vivre le territoire. S’ils partent, c’est tout un pan de la vie économique rurale qui s’éteint.

 

En dix ans, de nombreuses entreprises artisanales et ateliers ont fermé, faute de repreneur. Parce qu’on a moins encouragé les jeunes à poursuivre vers les filières manuelles, et parce qu’on a beaucoup délocalisé. Les conséquences sur le développement du territoire sont considérables.

 

J’ai créé l’association De l’or dans les mains pour faire entendre la voix de nos artisans et des entrepreneurs des savoir-faire, pour alerter sur les fragilités de nos entreprises artisanales, et pour sensibiliser la nouvelle génération à ces métiers. 

Je n’invente rien en disant que pendant trop longtemps, on a dévalorisé ces filières manuelles et réduits les savoir-faire à peau de chagrin. On a opposé de façon arbitraire les métiers du faire, et les métiers intellectuels, comme si ceux qui faisaient des choses de leurs mains n’avaient pas besoin de leur tête ! Cette dévalorisation elle tient du fait que l’on a voulu emmener 80% d’une classe d’âge au baccalauréat, mais aussi à la désindustrialisation du pays : ce sont des filières artisanales et leurs savoir-faire que l’on a vu disparaître du fait de la délocalisation.

 

 

Aujourd’hui, il y a une prise de conscience. La notion de « réindustrialisation » est sur toutes les bouches, et les français achètent de façon plus locale et durable. Mais cela ne résout par le problème de la transmission : on voit beaucoup d’entreprises qui 

relocalisent leur production en France mais qui ne trouvent pas de main d’œuvre. C’est un véritable enjeu.

 

Aujourd’hui, si rien n’est fait pour préserver ces savoir-faire et donner envie aux jeunes d’aller vers ces formations, nous ne pourrons pas perpétuer nos filières artisanales. 

Avec De l'or dans les mains nous sommes convaincus d'une chose, : il faut d'abord changer le narratif autour des métiers manuels, et montrer les nouveaux visages de ce monde, pour recréer du lien. C'est une histoire de récit et il en va de notre cohésion nationale.

L'équipe

Soutiens

Pour mener à bien sa mission, De l'or dans les mains peut compter sur des partenaires engagés en faveur de la transmission des savoir-faire à l'échelle locale et nationale. Vous pouvez les découvrir ici